Skip to main content

DataLayer values:

** Values visible only for logged users. Editable only in edit mode. **

Global page
Insights
None
French (France)
Morgan Philips Global
 
Et la culture ? L’Afrique nous surprend encore et toujours !

Et la culture ? L’Afrique nous surprend encore et toujours !

Malgré la pandémie, la majorité des évènements culturels en lien avec l’Afrique a su rebondir et proposé des rencontres accessibles en ligne via des plateformes digitales. Les films et les œuvres présentés seront ainsi disponibles durant toute la durée des festivals proposant ces services.

Voici un florilège non-exhaustif des évènements à venir.

« Also Known As Africa - AKAA », la foire française

Dans le contexte sanitaire actuel, AKAA, la première foire française d’art contemporain et de design dédiée à l’Afrique et ses diasporas, a été contrainte d’annoncer l’annulation de sa cinquième édition en raison des récentes mesures sanitaires liées à la pandémie de coronavirus. Cependant, l’organisme a tout de même souhaité partager le travail accompli et sa sélection artistique. En effet, grâce à l’Organisation Internationale de la Francophonie, le journal de la foire sera publié en version papier et digitale et en collaboration avec l’Institut Français, l’organisme a pu maintenir ses tables rondes, qui ont désormais lieu en visioconférences, accessibles à tous en ligne depuis le 13 novembre dernier. Ces tables rondes, qui visent à échanger autour des « enjeux du marché de l’art contemporain d’Afrique à travers le prisme de quatre villes : Dakar, Marrakech, Kinshasa et Cotonou », auront lieu jusqu’à la mi-décembre. Les premières tables rondes réalisées les 13, 14 et 15 novembre sont également disponibles en ligne.

« AFRIKAMERA », le festival berlinois

Ce 17 novembre a débuté l’édition 2020 du « Festival des Films d’Afrique de Berlin - AFRIKAMERA », développé par Alex Moussa Sawadogo, un burkinabé installé dans la capitale allemande. Dédié à un thème spécifique chaque année, ce festival met en avant le cinéma africain ainsi que ses coproductions françaises. Cette année, le thème engagé « Urban Africa, Urban Movies : Politics & Revolution », dûment choisi par le fondateur du festival pour qui « le cinéma d’Afrique est politique », vise à présenter l’histoire africaine à travers le cinéma et les productions cinématographiques réalisées par les jeunes. Pour M. Sawadogo, « la jeunesse africaine utilise le cinéma comme une arme », en traitant de sujet qui « dérangent » et qui « contribuent à apporter un regard sur l’évolution de la société et de la politique ». Jusqu’à ce dimanche 22 novembre, le festival proposera une sélection de longs métrages et de documentaires actuels et historiques, portant sur « les bouleversements sociaux » et sur « la réévaluation coloniale » à l'occasion du 60e anniversaire de l'indépendance de nombreux États africains.

« L’Afrique fait son cinéma » à Paris

Prévue initialement du 21 au 24 octobre 2020, la seconde édition du festival « L’Afrique fait son cinéma » a été décalée. L’événement, reprogrammé entre le 9 et le 13 décembre prochain, aura lieu dans l’enceinte du cinéma L’Élysée Lincoln, à Paris. « Festival international de films africains et afro-descendants de Paris », l’Afrique fait son cinéma vise à célébrer le 7e art africain, en projetant des œuvres réalisées par des africains mais aussi par des afro-descendants. L’objectif principal est de rassembler l’ensemble des organisateurs d’événements en rapport avec l’Afrique à Paris, afin de créer une « plateforme commune ». Pendant ces cinq jours, quarante-cinq films venant d’Afrique, de France et d’Amérique du Sud seront présentés et mis en compétition. Les thématiques de ces films traiteront notamment de la situation des migrants, de l’éducation des filles, des violences perpétrées envers les femmes et des violences policières. Le festival a également prévu de nombreuses activités : conférences sur les co-productions européennes et africaines, tables rondes, défilés de mode, concerts de musique traditionnelle, initiations à l’art culinaire africain et bien d’autres.

« The Entertainment Fair and Festival - TEFFEST », l’engagement nigérian

Omotola Jalade-Ekeinde, actrice nigériane de renommée internationale, a créé en 2019 « The Entertainment Fair and Festival - TEFFEST », le premier du genre, dont l’objectif est de « redresser l’industrie du divertissement en Afrique ». La seconde édition, qui devait se tenir à Lagos, la capitale nigériane, s'est tenue virtuellement entre le 20 et le 23 novembre. Avec comme thème cette année « What Next », le programme tournera autour d’idées et solutions afin de « rendre le divertissement axé sur les affaires » et de permettre une meilleure acquisition des investissements ainsi qu’une autonomisation des africains dans l’industrie du divertissement. Face au manque de structure juridique dans l’entertainment de « Nollywood », le cinéma nigérian, TEFFEST s’est vu être conçu comme une plateforme où les artistes, les producteurs, les réalisateurs, les avocats, les assureurs et tout autre acteur du monde du divertissement pourraient se rencontrer et s'organiser ensemble afin de faciliter les investissements internationaux.

Pour plus d’informations sur le festival « L’Afrique fait son cinéma » et l’édition 2020, cliquez ici : http://afriquefaitsoncinema.com

Pour plus d’informations sur la foire « Also Known As Africa - AKAA », cliquez ici : https://akaafair.com

Pour plus d’informations sur le « Festival des Films d’Afrique de Berlin - AFRIKAMERA », cliquez ici : https://www.afrikamera.de/en/

Interview d’Alex Moussa Sawadogo, fondateur d’AFRIKAMERA, par Juliana Bitton, publié le 12/11/2020 sur lepetitjournal.com : https://lepetitjournal.com/berlin/alex-moussa-sawadogo-le-cinema-dafrique-est-politique-292153

Pour plus d’informations sur « The Entertainment Fair and Festival - TEFFEST », cliquez ici : https://www.teffest.com

© 2021 Morgan Philips SA
All rights reserved