Skip to main content

DataLayer values:

** Values visible only for logged users. Editable only in edit mode. **

Local page
Unselected
None
French (France)
France
 

Derniers articles

« La Grande Démission » : La grande préoccupation

« La Grande Démission » : La grande préoccupation

La pandémie a amené les travailleurs à réévaluer leur carrière, à réfléchir à l'avenir mais aussi et surtout, pour quel type d’entreprise ils souhaitent travailler. Mais envisagent-ils vraiment de démissionner en masse en 2022, comme on veut nous le faire croire ?

Selon le professeur Anthony Klotz, de la Mays Business School, Texas A&M University, "La Grande Démission" a fait mouche aux États-Unis, où quatre millions d'Américains ont quitté leur emploi en juillet, alors que 10,9 millions d'emplois étaient vacants au cours du même mois (Chiffres publiés par le bureau américain des statistiques du travail). Les données de l'Office for National Statistics publiées en octobre 2021 ont également révélé qu'il y a actuellement plus d'un million d'emplois vacants au Royaume-Uni. Et comme nous l'avons découvert dans une précédente enquête, les employeurs, dans le monde entier, ont du mal à trouver des talents et la raison principale semble être le manque de compétences appropriées.

Il est clair que la guerre des talents est bien réelle en ce moment et que, dans ce marché favorable aux candidats, les employeurs peuvent difficilement se permettre de laisser partir leurs meilleurs éléments. Finalement, les talents en poste sont-ils insatisfaits et mécontents ? Envisagent-ils de quitter leur emploi actuel ? Pour mieux comprendre l'ampleur du problème, nous avons mené notre propre enquête sur LinkedIn afin de connaître l'avis de nos abonnés dans le monde entier. Alors, les entreprises doivent-elles intensifier de toute urgence leurs efforts de fidélisation ?

Une volonté de quitter son emploi qui se confirme

Voici les principales conclusions de notre enquête (+ de 400 répondants) :

  • La majorité (52 %) pense démissionner.
  • Plus d’1 répondant sur 5 aimerait quitter son emploi mais ne peut pas le faire.
  • Seulement 16 % sont très heureux là où ils sont.
  • Seul 1 sur 10 n'a pas l'intention de quitter son emploi.

Que peut-on lire dans ces chiffres ? Si certains aimeraient démissionner mais ne le peuvent pas, il est intéressant de constater que plus de la moitié des personnes interrogées envisagent de quitter leur emploi. Bien que cela ne se traduise pas par un geste concret vers la porte de sortie, ce chiffre devrait néanmoins inquiéter les organisations, les équipes RH et les responsables du recrutement. Si l'on ajoute à cela que seuls 16% des employés sont heureux au travail, cela ne présage rien de bon.

Bien que cela dépende en grande partie du secteur (par exemple le celui de l’IT : la forte demande + le nombre d’opportunités), la rétention doit rester une priorité absolue pour les entreprises. Les employeurs doivent chercher à ne pas se limiter aux récompenses salariales, mais à examiner l'ensemble de leur marque employeur, de leurs avantages et bénéfices, y compris la flexibilité au travail mais aussi les possibilités de mobilité et/ou de développement en interne. Pour mener une stratégie de fidélisation concrète et efficace, pourquoi ne pas demander aux employés ce qu’ils pensent de la culture d’entreprise et de leur environnement de travail ? 

D'une certaine manière, le fait que les travailleurs envisagent de partir pourrait être perçu comme une bonne nouvelle : marché dynamique, entreprises qui recrutent, économie qui repart, … Mais dans certains cas, voir partir ses salariés peut impacter une équipe, un projet et tout une entreprise : ne laissez pas filer vos talents ! Dès l'intégration, la rétention et la fidélité des employés doivent être au cœur des problématiques RH.

Si vous êtes à la recherche de votre prochain poste, consultez nos dernières offres d'emploi internationales ou contactez-nous.

NOS MARQUES

© 2022 Morgan Philips Group SA
All rights reserved