Skip to main content
 
La poursuite des levées de fonds durant le confinement

La poursuite des levées de fonds durant le confinement

Consultez d’autres articles sur le même sujet: Le nouveau monde du travail, Learning & development, Actualités

Alors que la crise sanitaire a entrainé une crise économique, de nombreuses sociétés voient leur business remis en question : mais où en sont les entreprises levant des fonds ? 

L’actualité des levées de fonds  

En France, les start-up ont levé 4.4 milliards d’euros en 2019. Les fonds levés sont en augmentation de 36% par rapport à 2018, tandis que le nombre d'opérations stagne. Les tours de table supérieurs à 50 millions d'euros ont doublé. 

Malgré la crise du Covid-19, une poignée de “Venture Capital” poursuivent les opérations de financement des start-up. Ce n'est pas qu'une légende : de Facebook, qui s'est internationalisé en pleine débâcle financière de 2008, à Zoom, dont le nombre de clients explose depuis le début de l'épidémie mondiale de Covid-19, ce sont bien durant les crises que les plus grandes entreprises de la tech émergent. En France, une grande partie des argentiers des start-up qui pourraient engendrer les champions de demain ont appuyé sur le bouton « pause » depuis le début du confinement , tandis qu'une poignée d'entre eux a choisi de poursuivre leurs investissements. 

Parmi eux, il y a Ventech, dont le fonds a réalisé ses meilleurs paris durant ces périodes d’incertitude. Selon l’une des associées Audrey Soussan : « Si nous sommes mobilisés à très court terme sur les entreprises de notre portefeuille, des opportunités sont à saisir. Celles qui passeront la crise auront moins de concurrents et plus de facilité à recruter ». 

Ces start-up qui lèvent des fonds en plein confinement 

Malgré la pandémie, les start-up continuent de lever de l’argent. Tout du moins celles dont le modèle économique n’est pas bousculé par la crise. La start-up Back Market est l’un des meilleurs exemples de réussite de levée de fonds durant le confinement. En effet, le spécialiste de la vente de produits high-tech reconditionnés, vient de lever 110 millions d’euros auprès de trois fonds d’investissement dont l’américain Goldman Sachs. 

Au mois de mars, les sommes investies dans les start-up françaises ont dégringolé de 65 % sur un an, à 134 millions d’euros, avant de rebondir au mois d’avril à 331 millions d’euros. Alors que l’économie mondiale est à la peine, Back Market a plus que doublé son chiffre d’affaires au mois d’avril. «Les clients ont massivement acheté tablettes, ordinateurs et consoles pour pouvoir télétravailler ou s’occuper », indique Thibaud Hug de Larauze, cofondateur de l’entreprise lancée en 2014. 

La levée de fonds c’est pas automatique 

Il existe également des sociétés grandissantes sans levée de fonds. En effet, plusieurs entreprises ne sont pas « scalable » mais fournissent un réel service en France. C’est typiquement le cas de Studio Labs, Onogone, ou encore Legalstart. 

Les avantages de l’auto-financement sont nombreux. Effectivement, cela permet aux sociétés de garder leur equity, de ne pas avoir de valorisation démesurée ou encore d’avoir une croissance saine sans crise organisationnelle poste levée.  

Chaque entrepreneur doit choisir la façon dont il veut construire sa société et la direction qu’elle prend. Lever des fonds ne doit pas devenir une fin en soi et c’est un mode de financement qui ne correspond pas à tout le monde.  

À chacun son évolution, son rythme, mais le marché des levées de fonds est loin d’être terminé malgré la crise du Covid-19. 

Sources : 

https://www.forbes.fr/entrepreneurs/top-15-des-societes-qui-nont-jamais-leve-de-fonds/?cn-reloaded=1 

https://www.lefigaro.fr/societes/ces-start-up-qui-levent-des-fonds-en-plein-confinement-20200505 

https://www.forbes.fr/entrepreneurs/top-15-des-societes-qui-nont-jamais-leve-de-fonds/?cn-reloaded=1 

Juliette Coudyser, Consultante Sales & Marketing - Fyte France

Pour en savoir plus sur Fyte, cliquez-ici

Consultez d’autres articles sur le même sujet: Le nouveau monde du travail, Learning & development, Actualités

© 2020 Morgan Philips SA
All rights reserved