Skip to main content
 
En quoi penser comme un pilote peut vous aider à vous remettre de toute erreur ?

En quoi penser comme un pilote peut vous aider à vous remettre de toute erreur ?

Consultez d’autres articles sur le même sujet: Outplacement, Mindset, Purpose

Comment admettre ses propres erreurs pour mieux s’améliorer ? Découvrez le témoignage de Ofir Paldi, pilote, qui nous explique comment sa carrière de pilote l’a appris à se concentrer sur ses erreurs pour mieux s’améliorer. 

Lorsque Ofir Paldi est entré à la prestigieuse Académie de vol de l'armée de l'air israélienne à l'âge de 18 ans, il a reçu des instructions qui l'ont surpris. Tout le monde semblait vouloir qu'il parle des erreurs qu'il avait faites.

« Vous êtes dans un endroit très compétitif. Vous avez la plus grande motivation pour réussir et ce que vous voulez faire à chaque instant est d'être le meilleur et d'impressionner tout le monde autour de vous », dit-il. « Et jour après jour, la seule chose que vous êtes censé faire est de parler des erreurs que vous avez faites. »

Après chaque vol, les futurs pilotes débriefaient, relatant ce qu'ils avaient appris, ce qu'ils auraient pu faire mieux (et essayeraient de faire mieux la prochaine fois), et ce qu'ils voulaient se rappeler de refaire. "Vous pouvez asseoir 100 pilotes ensemble dans une pièce - c'est l'endroit avec le plus d'ego au monde - et vous pouvez tout de même parler de vos erreurs et vous voyez tout le monde se lever" pour partager, dit-il, du plus jeune pilote jusqu’au commandant.

Lorsqu'il a quitté l'armée de l'air après près de neuf ans en tant que pilote, il est devenu entrepreneur et son entreprise actuelle, Shamaym, a été inspirée par le type de formation qu'il y a reçue. L'entreprise, qui a récemment déménagé de Tel Aviv à Boston, travaille avec des organisations pour mettre en œuvre un modèle d'apprentissage basé sur le débriefing. Pour le dire simplement, ils aident les équipes à adopter une culture où il est non seulement correct mais aussi impératif de penser et de parler de ses erreurs afin d'améliorer la productivité de tous, et de l’entreprise.

La plupart des gens veulent apprendre, en théorie, mais « vous avez toujours une autre réunion, ou une autre tâche, ou un autre e-mail, et nous ne trouvons tout simplement pas le temps de nous arrêter et de réfléchir », explique Paldi. Cependant, il insiste sur le fait que si les pilotes peuvent admettre des erreurs pour améliorer leurs performances, alors tout le monde le peut.

Voici comment vous pouvez utiliser cette approche pour évoluer dans votre poste et votre carrière.

 

Étape 1 : assumer la responsabilité personnelle de votre apprentissage

Il y a beaucoup de choses qui changent lorsque vous passez d’étudiant à employé. Vous pouvez avoir un supérieur hiérarchique ou des mentors qui vous montrent les ficelles du métier et vous aident à grandir, mais votre apprentissage quotidien est principalement entre vos mains.

Paldi souligne que l'un des principaux aspects de l'approche qu'il a empruntée à l'armée de l'air est d'assumer sa responsabilité personnelle. "Lorsque vous avez terminé une tâche, vous êtes celui qui est responsable d’en tirer des leçons et vous ne pouvez pas attendre ou penser que quelqu'un viendra vous dire ce que vous avez fait est bien ou mal", dit-il.

C'est pourquoi vous devez commencer à opérer ce débriefing vous-même. Lorsque vous passez en revue ce qui s'est bien passé et ce qui n'a pas fonctionné, concentrez-vous sur ce que vous avez fait et sur les erreurs que vous avez faites, et non sur ce que votre patron, vos collègues, vos clients ou toute autre personne ont fait.

 

Étape 2 : Découvrez quels sont vos « vols »

Afin de mettre en pratique la stratégie de débriefing, vous devez déterminer sur quelle tâche récurrente et importante vous souhaitez vous concentrer. Dans l'armée de l'air, c'est assez évident : les vols. Ofir Paldi et les autres pilotes avec lesquels il s'est entraîné passaient en revue leurs erreurs et leurs succès après chaque vol.

Bien que vous fassiez probablement votre travail à une altitude inférieure, vous avez sûrement des tâches que vous répétez fréquemment et qui sont au cœur de votre poste. Considérez ceux-ci comme vos « vols ». Par exemple, les vols d'un journaliste peuvent être de mener des entretiens, rédiger des articles, vérifier les faits et passer par des processus de révision avec leurs rédacteurs, tandis que quelqu'un dans les ventes peut considérer que ses vols sont de passer des appels clients, créer des pitch, donner des présentations. 

Les vols de chacun seront différents. Déterminez quels sont les vôtres et regardez comment vous pouvez vous améliorer dans ces tâches quotidiennes. 

 

Étape 3 : Mener des comptes rendus courts et simples

Commencez le débriefing avec vous-même après chaque « vol ». Passez quelques minutes à chaque fois à vous demander : qu'est-ce qui s'est bien passé ? Qu'est-ce qui ne s'est pas passé aussi bien que prévu ? Que puis-je faire de mieux la prochaine fois ? Choisissez les deux ou trois choses principales que vous pensez pouvoir améliorer et focalisez-vous dessus.

Pensez à tenir un journal de vos comptes rendus et à vous y référer avant chaque vol. Et si vous travaillez dans un environnement où vous discutez et fixez des objectifs de croissance avec votre manager, essayez d'incorporer ce que vous découvrez dans vos débriefings dans cette conversation formelle pour vous aider à rester sur la bonne voie.

La chose la plus importante ici n'est pas d'attendre que quelque chose se passe horriblement mal pour commencer le débriefing. Faites de ce débriefing une partie intégrante de votre routine même lorsque les choses avancent assez bien. De cette façon, vous faites de l’apprentissage une habitude et vous pourrez vous améliorer et vous développer progressivement et régulièrement.

 

Étape 4 : Décidez ce que vous allez répéter ou faire différemment (et soyez précis)

Le plus grand conseil de O.Paldi à propos de ces séances de débriefing ou d'apprentissage rapides est d'être extrêmement précis et d'extraire des points à retenir. « Dans notre nature humaine, lorsque nous apprenons quelque chose, nous disons :« D'accord, nous ferons mieux ou nous le ferons différemment », explique Ofir Paldi. "Mais ce n'est pas suffisant. Il faut se demander comment on peut s’améliorer et détailler ce point"

 

Vous n'avez pas besoin d'être pilote pour travailler comme tel. N'oubliez pas que cela peut prendre du temps avant d'être à l'aise en étant si brutalement honnête (avec vous-même ou avec les autres) à propos des erreurs que vous faites. O.Paldi admet qu'il a fallu quelques mois avant de pouvoir faire un compte rendu de la façon dont ses instructeurs de l'armée de l'air le voulaient.

"Même si au début c'est un peu difficile, je pense que l'un des plus grands avantages que vous pouvez apporter au monde des affaires est votre capacité à apprendre et à vous améliorer constamment et à maximiser votre potentiel", explique Ofir Paldi. « Parce que c'est un monde compétitif, c'est un monde intense. Personne ne sera là pour le faire à votre place, donc votre avantage concurrentiel serait si vous pouviez le faire vous-même. »


Article inspiré de l’article Thinking Like a Pilot Can Help You Bounce Back from Any Mistake—Here's How par Stav Ziv pour The Muse.

 

 

Besoin d’aide pour mener un programme d’outplacement efficace?

Contactez nos équipes ☎ !

 

Poursuivez vos lectures sur notre site :

 

Découvrez L’outplacement selon Morgan Philips Outplacement

 

Philippe PILLIERE

Président & Cofondateur

Morgan Philips Outplacement

Consultez d’autres articles sur le même sujet: Outplacement, Mindset, Purpose

© 2020 Morgan Philips SA
All rights reserved