Skip to main content

DataLayer values:

** Values visible only for logged users. Editable only in edit mode. **

Local page
Unselected
None
French (France)
France
 

Derniers articles

Quel futur pour l'agriculture au Moyen-Orient ?

Quel futur pour l'agriculture au Moyen-Orient ?

La zone MENA - Middle East and North Africa - est confrontée à d’importants défis de développement. En effet, les instabilités politiques et économiques contribuent à augmenter le taux de pauvreté de la zone et, par conséquent, l’insécurité alimentaire. Dans la région, la demande alimentaire est en constante augmentation, principalement pour deux raisons : une croissance démographique élevée et une augmentation des revenus de la classe moyenne. De ce fait, une meilleure utilisation des ressources agricoles, à l’aide des nouvelles technologies « AgriTech », mais aussi de politiques favorables, pourrait transformer et stimuler le secteur agricole en MENA.

Agriculture au MENA, quelles prévisions pour les prochaines années ?

Un rapport intitulé « Agriculture in Mena - Growth, Trends, Covid-19 impact and Forecasts (2021-2026) », publié en 2021 par l’agence Modor Intelligence sur la base des données récoltées pour l’année 2020, présente une analyse de la situation actuelle du secteur agricole de la région. Cette dernière repose sur les éléments suivants : la production en volume de la consommation agricole et du commerce du secteur, notamment les importations et les exportations, ainsi que les tendances futures des prix des cultures telles que les céréales, les fruits et les légumes. Selon les prévisions de l’étude, le marché agricole de la zone MENA devrait voir son taux de croissance annuel composé (TCAC) augmenter de 5,7% entre 2021 et 2026. 

L’étude met en exergue deux principales tendances. La première réside dans la quête de l’autosuffisance alimentaire de la région qui serait un « stimulant » pour la production régionale. La région du MENA étant soumise à une insécurité alimentaire, issue à la fois de conditions météorologiques extrêmes (aridité, chaleur, sécheresse) rendant la production agricole difficile et les ressources naturelles rares, mais également de la sous-alimentation de la population liée à la pauvreté. Second fait significatif pour le secteur, la dépendance croissante à l’égard des importations pour combler le manque en interne. Plusieurs projets sont mis en place pour inverser cette tendance. 

En partant du principe qu’augmenter la production alimentaire permettrait, partiellement, une sécurité alimentaire, certains États de la région ont entrepris des démarches, comme le Qatar, qui, en coopération avec des centres commerciaux et des grands points de vente au détail, a mis au point l’initiative « National Product », favorisant le « Made in Qatar ». Les agriculteurs Qatariens cultivent ainsi des fruits et légumes en serre et ajoutent la mention officielle « National Product », permettant de mettre en avant les produits locaux. Autre exemple, celui du Maroc, qui, selon un rapport, « L'état de l'insécurité alimentaire dans le monde » publié par la FAO en 2020, « a fait des progrès significatifs dans la réduction de la faim », grâce à la maximisation de la production de grandes surfaces agricoles et aux aides envers les petites exploitations : la production de céréales était ainsi « passée de 777 120 tonnes métriques en 2016 à 3 008 tonnes métriques en 2018 ».

La technologie au service de l’agriculture au Moyen-Orient

Selon la FAO, d’ici 2050, la « production céréalière annuelle devra passer à 3 milliards de tonnes, contre 2,1 milliards de tonnes produites aujourd’hui ». Au Moyen-Orient, 28% de la population totale de la région - 296 millions d’habitants, soit 84 millions - dépend exclusivement de l’agriculture. Alors que « l'agriculture ne représente que 13 % du PIB de la région », le secteur agricole pourrait ainsi jouer « un rôle stratégiquement important dans la promotion de systèmes alimentaires résilients, le maintien en vie des secteurs économiques critiques et la base de nombreuses économies ». Mais comment transformer le secteur agricole en le rendant plus performant ? Depuis les années 2010, la région mise sur les nouvelles technologies agricole - AgriTech - pour résoudre les problèmes liés aux sols agricoles fertiles et aux pénuries d’eau. 

Le Moyen-Orient est aujourd’hui réputé pour le nombre de start-up innovantes qui y ont émergées. Conçues « pour augmenter et améliorer les résultats du secteur agricole, tout en utilisant moins d'énergie et des méthodes plus durables », ces technologies reposent notamment sur l'analyse de données, l'internet des objets (IoT) ou encore, l'intelligence artificielle (IA). Conscients de l’urgence alimentaire, les pays du Conseil de coopération du Golfe, « à l’avant-garde » du « mouvement AgriTech », investissent massivement dans des partenariats et des collaborations entre le secteur public et privé. À ce jour, ce sont les Émirats Arabes Unis (EAU) qui, dans le cadre de leur « Stratégie nationale de sécurité alimentaire », ont réalisé le plus grand investissement, 100 millions de dollars. 

Grâce à des méthodes agricoles innovantes et durables, l’AgriTech présente des avantages évidents tels que l’agriculture « sans sol », qui utilise 90% d’eau en moins que les champs classiques. Appelées « fermes verticales », ces fermes sont développées dans des tours, en ville, et suivent ainsi les recommandations de la FAO qui promeut une « agriculture urbaine ». La première du Golfe, « Badia Farms », se situe aux EAU. Autres initiatives, en Jordanie, la start-up « Tulua » crée et gère des systèmes aquaponiques, une méthode « visant à générer des rendements plus élevés sans gaspillage » et les EAU développent de leur côté une nouvelle technologie révolutionnaire : rendre fertiles les terres infertiles via la « récupération non intrusive des sols basée sur l'argile naturelle liquide (LNC), une nanoargile qui transforme les terres désertiques improductives en sol fertile ».

Contactez Rania Khedhir, Senior Consultant en charge des recrutements en Agribusiness pour Morgan Philips Executive Search, Africa & Middle-East.

Sitographie :

« Agricultural technology in the Middle East : Sowing the seeds of the future », Chloé Bernadaux, Middle East Institute, publié le 19/05/2021, disponible ici : https://www.mei.edu/publications/agricultural-technology-middle-east-sowing-seeds-future

« Agriculture in Mena - Growth, Trends, Covid-19 impact and Forecasts (2021-2026) », Modor Intelligence, disponible ici : https://www.mordorintelligence.com/industry-reports/agriculture-in-mena-region

« L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2020 », document officiel de la FAO, 2020, disponible ici : http://www.fao.org/3/ca9692fr/ca9692fr.pdf

NOS MARQUES

© 2021 Morgan Philips SA
All rights reserved