Skip to main content

DataLayer values:

** Values visible only for logged users. Editable only in edit mode. **

Local page
Unselected
None
French (France)
France
 

Derniers articles

Comment arrêter de procrastiner

Comment arrêter de procrastiner

Vous sentez que la procrastination vous bloque dans vos tâches quotidiennes et vous empêche d’atteindre vos objectifs ? Suivez ces cinq conseils proposés par Justin Bariso pour arrêter de procrastiner, et pour reprendre le contrôle de votre productivité.

J'étais un expert procrastinateur. Je dis « expert » parce que je sentais que ma procrastination avait un « objectif ». Qu’elle était justifiée. Je suis extrêmement occupé, me disais-je. Et comme j'ai tellement de choses à faire, je vais repousser ces choses importantes pour pouvoir me concentrer sur les choses urgentes (qui étaient tout aussi importantes).
J'avais aussi vu l'effet de la « loi de Parkinson ». Vous savez, le concept qui dit que "le travail s'élargit pour remplir le temps disponible". Pour lutter contre cela, j'attendais souvent d'avoir juste assez de temps pour terminer une tâche avant de commencer à travailler dessus. "C'est comme ça que je peux faire le maximum de choses", me suis-je dit. Cependant, il existe de gros problèmes avec cette façon de penser.

 

Premièrement, j'avais tendance à sous-estimer le temps que chaque tâche me prenait. Je pensais savoir combien de temps cela prendrait pour clôturer un projet, mais cela finissait souvent par prendre plus de temps, alors j'étais en retard. Ou je précipitais mon travail - mais il était souvent bâclé et de moins bonne qualité que ce que j’étais capable de produire en temps normal.
De plus, je vivais sous un stress constant. J'étais très productif - je dirigeais une entreprise, je passais du temps avec ma femme et mes enfants, et je faisais même du bénévolat plusieurs heures par semaine. Mais une productivité extrême s'accompagnait d'une tension extrême. Je ne pouvais pas continuer comme ça.

Alors, j'ai commencé à mettre en place des changements. Ces changements ont conduit à des résultats positifs, comme soulager mon stress et augmenter la qualité de mon travail, mon temps en famille et ma satisfaction générale.

Chacun des conseils suivants est fondé sur les principes de l'intelligence émotionnelle, la capacité de comprendre et de gérer les émotions dans le but de produire un réel changement dans notre vie.

 

1. Reconnaître la nécessité de changer.

Si vous êtes un expert procrastinateur comme je l'étais, vous devez arrêter de trouver des excuses pour procrastiner et reconnaître les raisons pour lesquelles c'est mauvais. Sinon, vous ne serez pas convaincu qu'il est nécessaire de changer. Tout d'abord, la procrastination est mauvaise car elle vous amène souvent à ne pas donner à une tâche souhaitée le temps qu'elle mériterait. Mais il y a aussi d'autres problèmes.

"La procrastination rend la vie beaucoup plus laborieuse et pesante qu'elle ne devrait l'être", m'a dit un jour un ami. "Cela rend également les choses beaucoup moins amusantes, car cela augmente les inquiétudes et nos angoisses."

Et maintenant que nous avons établi cela, dites-le avec moi :

Procrastiner ne m’est pas bénéfique.
Procrastiner ne m’est pas bénéfique.
Procrastiner ne m’est pas bénéfique.


 

2. Identifiez et comprenez vos sentiments.

Plusieurs émotions et sentiments peuvent contribuer à votre habitude de procrastination.
Ils peuvent inclure :

  • la peur (de faire quelque chose que vous n'aimez pas, ou l’importance d'une tâche ou d'un projet)

  • la fierté (je suis tellement productif, je vais me concentrer sur d'autres choses plus urgentes et le faire demain.)

  • l’anxiété (il y a tellement de choses à faire, j'ai besoin d'une pause.)

 

Bien sûr, il n'y a rien de mal à ces sentiments. Mais en les identifiant et en les comprenant, vous pouvez y faire face. Par exemple, la peur de commencer un grand projet est naturelle. Mais pourriez-vous diviser ce projet en tâches gérables ?
Être fier de votre productivité est un bon sentiment, dans une certaine mesure. Mais n’auriez-vous pas besoin de dire « non » plus souvent, pour consacrer le temps et l'attention nécessaires aux choses les plus importantes ? L'anxiété est naturelle. Mais pouvez-vous fixer une limite de temps à votre pause, peut-être 15 à 20 minutes ? 

 

3. Commencez à travailler sur vos tâches plus tôt.

Pour les experts procrastinateurs, l'idée de travailler trop tôt sur une tâche est stupide. Et si quelque chose change et me pousse à devoir changer ma manière de travailler sur cette tâche ?
Mais rappelez-vous que ce n'est pas parce que vous commencez à travailler sur quelque chose que vous devez finir. La beauté est qu'en commençant, vous commencez à vous projeter dans le projet vous permettant d'atteindre un rythme de travail plus rapidement afin que vous puissiez faire plus de choses que vous ne l'aviez prévu. De plus, vous augmentez la qualité de votre travail, car chaque fois que vous avez le temps de revenir sur votre travail et l’avancée de votre projet, vous améliorez votre production.

Vous venez de terminer une réunion ? Commencez à planifier la prochaine.
Vous avez eu une idée? Ne vous contentez pas de l'écrire. Commencez à l'étoffer.
Une tâche vous a été assignée ? Commencez à la préparer maintenant (ou le jour même, si possible).

 

4. Mettez-le dans le calendrier.

Dans le passé, si je ne pouvais pas travailler sur un projet  ou une tâche tout de suite, je l'ajoutais à ma liste de tâches. Cela apaisait mon anxiété, car cela me faisait sentir que la tâche serait prise en charge.

C’était une mauvaise idée.

Je me suis retrouvé avec une liste "impossible", une liste de tâches si énorme qu'il était impossible de la finir de sitôt. Donc, les tâches ajoutées vers la fin de la liste n'arrêtaient pas d'être repoussées au lendemain, au lendemain et au lendemain...

Ainsi, au lieu d'ajouter des tâches importantes à une liste, planifiez-les dans votre calendrier.

Assurez-vous de prévoir suffisamment de temps pour accomplir votre tâche, ou au moins faire des progrès significatifs. Et ne remplissez pas votre calendrier de tâches, de réunions et de rendez-vous consécutifs : cela vous conduira tout droit au burn-out. Au lieu de cela, si vous êtes raisonnable quant à vos attentes et que vous vous donnez le temps de respirer, vous travaillerez plus et mieux à long terme.

 

5. Utilisez la règle des cinq minutes.

Enfin, si vous vous retrouvez avec un peu de temps libre et que vous avez besoin de vous convaincre de commencer à travailler sur une tâche difficile, suivez la règle des cinq minutes : forcez-vous à travailler sur une tâche pendant seulement cinq minutes, étant entendu que vous pouvez arrêter après cinq minutes si vous le souhaitez. 
Cette astuce mentale simple est généralement suffisante pour vous aider à démarrer – et cela prendra souvent bien plus de cinq minutes. Mais même si ce n'est pas le cas, vous avez fait la chose la plus difficile de toutes : vous avez commencé.

Utilisez ces techniques pour augmenter considérablement la qualité de votre travail, réduire l'anxiété et le stress, et abandonner votre habitude de procrastination – une fois pour toutes.


 

Article inspiré de l’article I Was a 'Master' Procrastinator. Here's the Simple 5-Step Method I Used to Quit the Habit par Justin Bariso pour Inc Magazine.

Besoin d’aide pour mener un programme d’outplacement efficace?

Contactez nos équipes ☎ !

 

Poursuivez vos lectures sur notre site : 

Références professionnelles : Pourquoi sont-elles importantes ? 

Les 10 façons de gérer la fatigue relationnelle

 

Découvrez L’outplacement selon Morgan Philips Outplacement

 

 

NOS MARQUES

© 2021 Morgan Philips Group SA
All rights reserved