Skip to main content
 
Comment utiliser sa e-réputation et ses réseaux sociaux pour trouver un emploi ?

Comment utiliser sa e-réputation et ses réseaux sociaux pour trouver un emploi ?

S’il y a bien une chose que la digitalisation à beaucoup améliorer, c’est la recherche d’emploi notamment grâce aux réseaux sociaux et aux plateformes spécialisées. En effet, les recruteurs utilisent majoritairement LinkedIn pour trouver LE candidat idéal. Quant aux candidats, ils recherchent l'entreprise parfaite. Et outre les sites spécialisés pour la recherche d’emploi (Welcome To The Jungle, Cadremploi, Keljob …), nous pouvons également citer Facebook, puisque 74% de personnes utilisent ce réseau social à des fins professionnelles (selon orson.io).

Aujourd’hui, environ 59% des français sont inscrits sur les réseaux-sociaux (orson.io). Il est donc primordial aujourd’hui de faire un point sur votre e-réputation et l’image que vous véhiculez sur les réseaux-sociaux, surtout lors d’une recherche d’emploi, et de savoir comment l’utiliser efficacement pour arriver à vous mettre en avant.
Image de couverture article comment utiliser sa e-réputation et ses réseaux sociaux pour trouver un emploi

Le terme « e-réputation » peut être défini comme étant l’image véhiculée et/ou subie par une entreprise ; une marque ; un produit ; un service ou une personne sur Internet. Celle-ci peut être bonne ou mauvaise selon les avis/critiques faites par des internautes en ligne, par des photos compromettantes, des vidéos virales, etc. Il est souvent très difficile (voire parfois, dans certains cas, impossible) de « redorer » sa e-réputation selon l’intensité avec laquelle cette dernière a été entachée.

L’e-réputation et le recrutement

Même avec des outils de signalements sophistiqués ou de suppression de contenu indésirable, des images, des vidéos ou des commentaires compromettants ont le temps de circuler sur le net et de nuire à votre e-réputation. Lors de votre recherche d’emploi ou même de stage, les contenus indésirables peuvent gravement nuire à votre réputation sur le web et donc, plus largement, à votre carrière professionnelle. Les recruteurs, mais aussi les dirigeants, peuvent consulter les réseaux sociaux afin d’en savoir un peu plus sur le profil de leurs candidats et/ou employés. Alors prenez toujours garde à ce que vous publiez sur les réseaux. Utilisez-les avec modération, prudence, et n’exposez pas votre vie intime à tout le monde.

Maîtrisez votre e-réputation

1. Comprenez et prenez conscience des tenants et des aboutissements de la e-réputation

C’est ainsi que vous pourrez réussir à vous en occupez et donc, plus largement, à maîtriser celle-ci. Alors définissez d’abord l’image que vous souhaitez véhiculer et la réputation que vous souhaitez avoir.

 2. Faites un bilan

Personne n’échappe à la règle : que vous soyez un particulier ou une entreprise, il faut ensuite faire un bilan de sa e-réputation ! Grossièrement, cela revient à dire « ce que Google dit de vous ». En effet, Google ayant 95% de part de marché des recherches sur Internet, il est le reflet de votre image. Votre premier réflexe doit être de :

Taper votre nom ; marque ou produit sur Google avec des guillemets, et de voir les résultats… Surprise surprise ! (les guillemets permettent de réduire la recherche à l’expression elle-même). Renouvellez l'opération dans « Images » et « Vidéos ». Serez-vous sous les projecteurs ?

Hormis un malaise très probable, l’objectif de cette méthode est de voir ce qui va naturellement apparaître aux yeux d’une personne un peu curieuse. Pour cela vous devez visiter les 3 ou 4 premières pages de résultats (puisque très peu d’internautes vont plus loin). Néanmoins, si vous avez des personnes mécontentes ou malveillantes qui vous discréditent à tous les endroits où ils peuvent s’y plaindre ou vous prendre à partie, tapez le nom de la personne en question ou allez plus loin dans la recherche de Google pour pouvoir aller tout nettoyer.

 3. Vérifiez vos profils

La méthode de « l’aperçu » est sans doute la plus efficace pour cette étape, l’objectif étant de voir comment les internautes voient vos profils… Aller donc visiter vos différents réseaux sociaux en tant que visiteur anonyme ou demandez à un proche par le biais de leur propre compte. Cette méthode est surtout à réaliser pour Facebook, puisque vous pouvez être identifié sur des publications indésirables (photos de soirées, événements…) d’une tierce personne. Si nécessaire, corrigez les photos dévalorisantes, les statuts et informations concernant la politique ou la religion, etc.

Optimisez votre e-réputation

1. Soyez cohérent entre vos différents profils sur les réseaux-sociaux

Affichez la même photo de profil sur Twitter, Linkedin, Viadeo… 

2. Séparez au mieux votre vie professionnelle de votre vie personnelle avec des profils séparés

Surtout sur Facebook, n’utilisez pas votre prénom et votre nom pour votre compte personnel : Prénom NOM pour votre compte professionnel, et Prénom N. par exemple pour votre compte personnel. Cela évitera notamment à vos futurs employeurs ou même votre patron de vous retrouver !

3. Positivez au maximum !

Essayez de ne pas être négatif, dégradant, insultant, agressif ou encore critique… La méchanceté, ce n'est jamais apprécié !

 4. Ne créez pas des comptes que vous ne saurez pas gérer

Si vous êtes présent dans plusieurs pays, n’ouvrez des comptes par langue ou par pays si vous ne pouvez pas répondre à toutes les demandes rapidement. Pensez à mettre en place des alertes emails pour vos différentes pages (Facebook, Twitter…) afin de recevoir une notification à chaque fois que vous recevez un message. Cette méthode vous rendra d’autant plus réactif, dynamique et proactif !

Contrôlez et veillez sur votre e-réputation

Eh oui, il faut aussi materner sa propre identité (numérique) ! Et pour cela, il est conseillé de contrôler régulièrement votre e-réputation (entouré de guillemets, souvenez-vous). Cela vous permettra de “connaître” rapidement et assez efficacement votre e-réputation, ainsi que de prendre connaissance des contenus présents sur le web (photos, images, vidéos etc.). Ainsi, vous aurez comme une “image de synthèse” de votre profil sur Internet. Néanmoins, sachez qu’il existe aussi des outils de veille pour contrôler cette dernière, majoritairement utilisé pour aider les entreprises et leur image de marque (notifications de commentaires d’insatisfaction, d’avis négatifs, etc…). En effet, Google a mis en place un outil intitulé « Ma présence sur le web », qui a pour but de faciliter le contrôle de l’identité en ligne des internautes. Cet outil spécialisé dans la veille reprend le principe des alertes Google : l’utilisateur est averti dès lors qu’il mentionné sur le web via son nom, son adresse mail ou d’autres données le concernant. Plutôt efficace aussi, non ?

Les recours possibles en cas de (grosses) complications…

1.Faites une demande de suppression auprès du responsable à l’origine du préjudice

Il est facile aujourd’hui de nuire à une e-réputation, que l’on soit un particulier qui veut diffamer une autre personne ou une entreprise dont il a été congédié, une marque qui désire faire du tort à un concurrent… Cependant, il est important de savoir que la loi permet à toute personne de demander la suppression de données diffusées sur Internet jugées attentatoires à sa vie privée, à sa réputation ou tout aussi bien à sa e-réputation. Il faut alors effectuer une demande de suppression auprès du responsable du site à l’origine de la publication, en motivant les raisons de sa demande : atteinte à la vie privée et à la réputation, diffamation, concurrence déloyale, etc.

2. Le droit au déréférencement auprès des responsables de site

Pour faire supprimer une page qui va à l’encontre de votre e-réputation en tant que personne ou marque, vous disposez de 2 autres solutions grâce à l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 13 mai 2014 sur le Droit au Déréférencement :

- Demander directement au site à l’origine du préjudice de supprimer les données indésirables
- Demander que ces données ne soient plus référencées par les moteurs de recherche
Ces 2 démarches doivent être conjointement effectuées, car le déréférencement demeure souvent difficile à obtenir. Le droit au déréférencement permet seulement la suppression de liens présents dans le site concernant une personne ou une marque à partir de la recherche de leur nom (comme depuis Google par exemple). Si vous souhaitez contacter directement le site à l’origine du préjudice à supprimer, référez-vous aux mentions légales ou aux conditions générales d’utilisation du site en question.

3. Le droit au déréférencement auprès des moteurs de recherche

Cette autre solution consiste à demander la suppression d’un résultat directement, cette fois, auprès du moteur de recherche. Le moteur de recherche Google, par exemple, vous propose un formulaire de demande à cet effet. Google examinera alors la « véracité » de votre demande au regard des conditions fixées par la Cour de Justice de l’Union Européenne. Pour tous les autres moteurs de recherche (Yahoo !, Bing…), votre demande doit être par écrit.

4. Le recours à la justice

En cas d’absence de réponse ou de réponse défavorable à une demande de déréférencement ou de suppression de données attentatoires, il vous reste une dernière possibilité : adresser directement une plainte à la CNIL et/ou saisir la justice. Néanmoins, il demeure très difficile de contraindre un site à supprimer du contenu indésirable, surtout si ce dernier est hébergé hors de l’Union Européenne.

© 2019 Morgan Philips SA
All rights reserved

We do not have a translation for this page available.

If you would like to read this page in a different language, please use Google Translate service and select the preferred language below:

Click here for more languages

or continue in the current language.