Skip to main content

DataLayer values:

** Values visible only for logged users. Editable only in edit mode. **

Local page
Unselected
None
French (Switzerland)
Suisse
 

Derniers articles

La souveraineté alimentaire en Afrique, quels nouveaux systèmes agricoles ?

La souveraineté alimentaire en Afrique, quels nouveaux systèmes agricoles ?

En Afrique, la crise sanitaire a fortement aggravé la situation alimentaire sur le continent. Cependant, celle-ci a eu pour effet de remettre sur le devant de la scène « la question stratégique » de la souveraineté alimentaire du continent. Où en est l’Afrique aujourd’hui dans sa quête de souveraineté alimentaire ? En quoi la crise sanitaire est-elle une occasion de réinventer les systèmes agricoles ? Comment renforcer la résilience africaine pour les années à venir ?

L’agriculture africaine de demain

Pour répondre aux besoins actuels et futurs des populations africaines, une stratégie adéquate doit être mise en place. Elle doit reposer sur « des propositions pertinentes » pour « affronter divers enjeux économiques et sociaux, notamment celui de l’alimentation comme celui de l’insertion des jeunes ruraux, et renforcer les résiliences face à de nouveaux chocs potentiels ». Selon le rapport « La reconquête de la souveraineté alimentaire en Afrique » publié par la Fondation Jean-Jaurès en septembre 2021, « cinq tendances lourdes » ont été identifiées et devraient « marquer la trajectoire de l’agriculture » en Afrique.

Tout d’abord, l’agriculture doit se baser principalement sur les communautés rurales comprenant les paysans. Ces derniers joueront en effet « un rôle crucial » dans la sensibilisation et l’intégration de la jeunesse rurale dans les métiers de l’agriculture. Ensuite, l’autonomisation des femmes en milieu rural, qui est déjà en marche, deviendra « l’un des principaux vecteurs du changement » grâce à l’insertion professionnelle de celles-ci et à la valorisation de leur travail. Le secteur agricole sera aussi dépendant de « l’essor des villes », afin de s’inscrire dans des « aires alimentaires métropolisées ». Grâce à cela, les agriculteurs pourront s’adapter aux changements, en ayant recours à des techniques plus industrialisées et plus innovantes, développées en milieu urbain. Enfin, l’intégration régionale sera toujours nécessaire pour favoriser le développement du continent dans sa globalité.

Agrobusiness ou agriculture paysanne ?

Pour imaginer l’Afrique de demain, deux visions s’opposent : la modernisation des agricultures ou la conservation de méthodes dites traditionnelles. Avec l’innovation et les prouesses techniques et scientifiques, l’« agriculture 2.0 » se présente comme une « agriculture commerciale », mêlant investissements en capitaux et « révolution verte ». C’est notamment ce modèle qui a permis à l’Asie de conquérir sa sécurité alimentaire. Cependant, l’agriculture « classique » est loin d’être négligeable puisque celle-ci ne regroupe pas moins de 100 millions d’exploitations familiales sur le continent, qui font elles-mêmes vivre 500 millions d’africains. Toujours selon le rapport, une « troisième vision » pourrait être plus pertinente pour répondre aux besoins alimentaires de l’Afrique : miser sur « le développement de l’agroécologie » via « des semences paysannes améliorées, des méthodes de revitalisation des sols, mais aussi [à travers] l’agroforesterie et l’agriculture-élevage, sans oublier […] l’amélioration de l’organisation et de l’accès aux marchés locaux ».

Au sein des populations rurales, « l’amélioration des conditions de vie se joue sur l’accès à l’énergie rendue possible par le développement de système solaire et éolien autonome (off-grid, non raccordé au réseau central) ». Par exemple, avec ce type de structures, les produits alimentaires peuvent ainsi être mieux conservés. De plus, le développement de l’électricité et des Technologies de l'information et de la communication (TIC) transforme le monde rural en Afrique : les groupements de producteurs s’appuient sur ces derniers qui permettent un accès à l’information. Enfin, se tourner vers les circuits court est désormais privilégié par la classe moyenne africaine, soucieuse de sa consommation, ce qui favorise la production et le commerce local, réduisant les coûts externes. En outre, parmi les « principaux facteurs limitants » la souveraineté alimentaire en Afrique se trouve l’accès à la terre et au crédit. L’accès à la propriété et aux emprunts sont particulièrement entravés pour les paysans modestes, mais aussi pour les femmes et les jeunes. Des solutions innovantes sont ainsi mises en place comme au Bénin ou à Madagascar, où des certificats fonciers font office de garanties pour de petits emprunts. Des « cautions solidaires » et des microcrédits permettent également l’accès à l’achat rapide de matériel agricole, répondant aux besoins immédiats.

Malgré ses conséquences négatives évidentes, la crise sanitaire et économique de la Covid-19 a cependant permis d’identifier les difficultés du secteur agricole, en plus d’avoir apporté une reconnaissance du rôle des paysans africains. « Grâce » à cette dernière, une nouvelle façon de concevoir à émerger sur le continent et de nouvelles tendances voient le jour afin de réinventer des systèmes agricoles et alimentaires souverains et résilients. Celles-ci doivent désormais être soutenues par les gouvernements nationaux et les organismes continentaux via des politiques de reconquête alimentaire viables et pérennes.

Pour découvrir les innovations africaines en matière d’agribusiness, n’hésitez pas à consulter notre précédent article sur le sujet disponible ici.

Sitographie :

« Avec le Covid, l’heure de réinventer la souveraineté alimentaire en Afrique », par Pierre Jacquemot, Ideas 4 Development, publié le 05/07/2021 et mis à jour le 24/08/2021, disponible ici : https://ideas4development.org/souverainete-alimentaire-afrique/

« L’Afrique à la reconquête de sa souveraineté alimentaire », par Sylvie Rantrua, Le Point Afrique, publié le 13/09/2021 à 08h58, disponible ici : https://www.lepoint.fr/afrique/l-afrique-a-la-reconquete-de-sa-souverainete-alimentaire-13-09-2021-2442815_3826.php

« L’Afrique doit se réinventer sur la base d’une nouvelle souveraineté », par Angnès Faivre, Le Point Afrique, publié le 18/06/2021 à 17h56, disponible ici : https://www.lepoint.fr/afrique/l-afrique-doit-se-reinventer-sur-la-base-d-une-nouvelle-souverainete-18-06-2021-2431714_3826.php

« La reconquête de la souveraineté alimentaire en Afrique. État des lieux et propositions », Fondation Jean Jaurès, publié le 13/09/2021, disponible et téléchargeable ici : https://www.jean-jaures.org/publication/la-reconquete-de-la-souverainete-alimentaire-en-afrique-etat-des-lieux-et-propositions/

NOS MARQUES

© 2022 Morgan Philips Group SA
All rights reserved